Home Actualité Harcèlement sexuel au travail : comment et que faire ?
Actualité

Harcèlement sexuel au travail : comment et que faire ?

Plusieurs personnes sont aujourd’hui victimes de l’harcèlement sexuel au travail.
Plusieurs formes d’harcèlement au travail se sont apparues !
Dans cet article on vous informera sur l’harcèlement sexuel et tout ce qui concerne ce sujet et surtout comment agir face au harcèlement sexuel au travail.    

On vous proposera les solutions décrites par le ministère de travail face à cet acte pour les victimes d’harcèlement sexuel au travail.

Harcèlement sexuel au travail : que faire ?

Si vous êtes salarié et vous êtes victimes ou témoin d’un harcèlement sexuel, vous allez vous demander plusieurs questions ! Comment réagir ? À qui signaler ce harcèlement dans l’entreprise la où vous travaillez ? Dois-je m’adresser à une personne en dehors de l’entreprise ? 

Et si dans le cas où vous êtes employeur, vous serez en charge de prévenir les harcèlements au travail, faire des enquête de temps en temps, protéger les salariés… 

Sortir du silence et de l’isolement suite à un harcèlement sexuel peut paraître difficile ! Quelles sont alors les démarches à suivre pour se protéger et éviter un nouvel acte d’harcèlement sexuel au travail. 

Mettre une main aux fesses sans consentement, c’est également une agression sexuelle. Raconter des blagues grivoises mettant la personne mal à l’aise, c’est encore du harcèlement. On peut punir et pénaliser ces personnes indisciplinées ! Selon le code du travail, un chef d’entreprise devrait toujours assurer la sécurité des salariés sans exception. S’il ne le fait pas, ce dernier pourrait être condamné !

L’Association nationale des DRH fait sortir un livre sur le sujet d’harcèlement, et met surtout le point sur la notion d’harcèlement et de séduction. Dans l’harcèlement, il n’y a point de séduction plutôt un rapport de pouvoir. Ça n’a jamais été une question de plaisance !

Faites rupture avec l’isolement et le silence ! Ayez l’esprit critique pour pouvoir dire ce qui est inadmissible, ce n’est pas une question de féminisme mais plutôt de protection.

Faites alerter l’entreprise, la direction, les délégués du personnel, les syndicats, le service RH sont tous concernés par cet acte d’harcèlement. Peu importe qu’il s’agit de petite ou moyenne entreprise, alerter est primordial.

Ensuite, il faudrait alerter les services de l’Etat : médecine et inspection du travail. Mais aussi le défenseur des droits.

Le harceleur dans une position hiérarchique supérieure bloque toute augmentation de salaire ou bien progression de carrière. Voir un psychologue est aussi une bonne idée.

C’est une décision difficile à prendre, surtout quand il s’agit d’un supérieur là où on craint de perdre son emploi. 

 

Comment avoir des preuves ? 

Tout noter, TOUT ! 

Les captures d’écran, les SMS, les e-mails, et il est parfois d’envoyer des messages de rappel ; tel jour tu m’as dit, … et j’ai été choquée par, … je te demande de ne pas recommencer … ! Noter tout ce qui se passe jour après jour afin que votre preuve soit solide et un récit clair et non pas démoli par l’employeur ou bien l’agresseur. 

Demander aux collègues de témoigner 

Le témoignage des collègues est important, et c’est bien recommandé ! Les témoignages sont réservés aux cas vraiment très extrêmes ! 

Vous pouvez toujours faire un petit sondage pour savoir si quelqu’un d’autres dans la société est agressé ! C’est toujours une bonne idée. On va ainsi ouvrir la porte à une action collective. Très facile à mener !

Les chiffres clés liés à l’harcèlement sexuel au travail

  • Au moins une femme sur cinq est harcelée sexuellement au travail !
  • 20% des femmes et des hommes déclarent connaître au moins une personne ayant été victime de harcèlement sexuel dans le cadre de son travail
  • Des recours devant la justice et/ou l’employeur très peu fréquents
  • Près de 30% des victimes de harcèlement n’en parlent à personne
  • Moins d’un quart en font part à la direction ou à l’employeur
  • Seulement 5% des cas sont portés devant la justice
  • Un manque de reconnaissance
  • 90% des actifs, actives considèrent que le harcèlement sexuel au travail n’est pas assez reconnu
  • 74% des actifs, actives estiment qu’il est difficile d’identifier le harcèlement sexuel
  • 82% des employeurs n’ont pas mis en place d’actions de prévention contre le harcèlement sexuel (accord d’entreprise, procédure d’alerte, actions de formation et d’information…)

Des environnements plus propices que d’autres au harcèlement sexuel

  • 30% des femmes actives victimes ont un certain niveau de responsabilité (professions libérales et cadres supérieurs)
  • 27% des femmes actives victimes exercent leur profession dans des structures de taille réduite (entreprises de 10 à 19 salarié.e.s)
  • 35% des femmes actives victimes travaillent dans des environnements majoritairement composés d’hommes (quand 86% des femmes travaillant dans un environnement majoritairement composé de femmes n’ont jamais été confrontées au harcèlement sexuel)
  • 30% des femmes actives victimes se trouvaient dans une situation d’emploi précaire
  • 25% des femmes actives victimes étaient dans une situation personnelle d’isolement
  • 24% des femmes actives victimes étaient dans une situation affective difficile
  • Plus de 22% des femmes actives victimes étaient dans une situation financière difficile

 

Enfin, notre équipe du blog « Journal des Femmes » souhaite que toute femme agressée sort du silence et de l’isolement et déclare le fait d’être victime d’harcèlement sexuel au travail si noté ! Finalement, le plus important c’est de collecter des preuves solides pour avoir une meilleure crédibilité ! 

Auteur

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le hautDéfiler vers le haut