Home Actualité Les inégalités hommes-femmes dans le monde
Actualité

Les inégalités hommes-femmes dans le monde

Dans plusieurs pays, on note certaines inégalités hommes-femmes ! Dans cet article, on va parler en long et en large sur ce sujet et souligner certains faits tout en vous fournissant des données en chiffres réels (statistiques).
En effet, selon le rapport du forum mondial de l’économie, il faudrait attendre au moins plus d’un siècle afin de parvenir à la parité.

Parlons inégalités hommes-femmes ! 


Il y a quelques années seulement, que l’Arabie Saoudite autorise finalement la femme de conduire une voiture ! Imaginez ceci !

Dans certains pays, les salaires ne sont pas les mêmes pour les deux sexes. Les femmes sont moins rémunérées. Dans 36 pays de l’OCDE, l’écart est passé de 17.7% en 2000 à 13.8% en 2016. Cependant, cet écart diminue très lentement depuis 2010. La Corée du Sud et le Japon sont tous les deux qui paient la femme de façon réduite en comparaison avec le salaire masculin avec un écart de plus de 20%. Le Canada aussi et les Etats-Unis à 18.2% d’écart. En Belgique, l’écart est évalué de 3.7%, la Grèce 4.5%, l’Italie 5.6%… 

En France, l’écart s’est augmenté en 2014 touchant 9.9%. Le salaire net annuel moyen pour une femme en France est de 23 837 euros alors que celui de l’homme est de 29 371 euros.

Un cadre homme en France gagne un cinquième de plus qu’une femme annuellement.

Dans le domaine de la santé hospitalière, les femmes aux Etats-Unis gagnent 20 000 dollars de moins par an que leurs homologues masculins.

Les femmes en France selon l’OCDE, sont incapables de faire un travail temps plein. Elles préfèrent toujours un travail à temps partiel. 30.1% des femmes travaillent en temps partiel contre 8.2% des hommes ! 

Pour les postes de responsabilités, on a plus de dirigeants que dirigeantes. En Israël, 1.5% des femmes sont entrepreneuses, et 6.2% des hommes sont des entrepreneurs c’est un écart important. Pareillement en Suède, on a plus de dirigeants que dirigeantes. C’est pareil dans les pays européens presque, en Espagne, en Hongrie aussi…

Est-ce qu’il y a un écart inexpliqué pour les salaires entre femmes et hommes ?


Au cours du G20, on note 22 pays présents avec 20 pays dirigés par les hommes. Le taux de femmes ministres est de 30.5%. 

Dans les grandes entreprises de l’UE, seuls 6.3% de postes PDG sont occupés par les femmes. En France, en 2016 le nombre de postes de cadres et professions intellectuelles était de 15% environ, et les hommes presque 20%. C’est un écart assez important.

Le forum mondial de l’économie estime, qu’on a besoin d’au moins 108 années pour arriver l’équité et la parité entre hommes et femmes.

L’égalité des sexes


Plusieurs femmes en Inde ont participé à un marathon en 16 jours dans le cadre de la compagne Orange The World menée par ONU Femmes afin de sensibiliser le public à la violence sexiste.

Les femmes ainsi que les filles représentent la moitié de la population mondiale, l’égalité des sexes est un droit humain fondamental et est essentielle pour le développement des nations et assurer ainsi un développement durable. La femme aujourd’hui participe largement également à l’homme dans le développement et la croissance de l’économie.

Il est toujours malheureux de dire qu’il reste beaucoup à faire pour parvenir à la pleine égalité des droits et des chances entre les hommes et les femmes. On peut alors toujours mettre fin aux différentes formes de violences concernant le genre et le sexe particulièrement. On devrait assurer l’égalité des chances surtout pour le travail et les postes de décision et de direction. 

António Guterres, déclare que l’égalité entre les sexes est un vrai défi que le monde ait à relever ! Les droits sont à dénicher et ils ne s’offrent jamais à nous, il faut combattre et lutter.

Les femmes et les droits de l’homme


On vous rappelle le texte fondateur, la Déclaration universelle des droits de l’homme, adopté par l’Assemblée générale le 10 décembre 1948 affirme que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits » et que « chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. ».

Dans les années 70, on a noté l’ampleur des mouvements féministes. En effet, l’année 1975 a été déclarée l’année internationale de la femme. Au Mexique, on a organisé la première conférence mondiale sur les femmes et leurs situations. Après les Nations Unies ont mis en place un Fonds de contributions volontaires pour financer les conférences et les assemblées générales.

En 79, l’AG adopta la Convention sur l’élimination de toute discrimination à l’égard des femmes. C’est alors la déclaration internationale des droits des femmes. Cette déclaration comporte 30 articles. Elle définit de façon explicite les différentes formes de discrimination à l’égard des femmes et propose ainsi des orientations politiques nationales. 

Deuxième conférence à Conpenhague


A Copenhague, on a organisé une deuxième conférence mondiale. Cette conférence avait pour utilité l’amélioration des droits des femmes en matière d’héritage, gardes d’enfants et de nationalité.

Cette conférence était la cause principale de la naissance du féminisme mondial.

La Conférence de Beijing sur les femmes 


Une autre conférence à pékin, en 1995 en Chine a ouvert un nouveau chapitre dans la lutte pour l’égalité entre les sexes. La femme devrait être prise en compte dans les domaines sans exception et fera ainsi une partie intégrante des droits humains.

La Commission de la condition de la femme

 

La Commission de la condition de la femme des Nations Unies (CSW) est dédiée essentiellement à la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

Cette journée est apparue dans le contexte des mouvements sociaux au tournant du 20ème siècle. Peu importe l’ethnie, la langue, la culture, la classe sociale, politique ou économique,…

A part les journées susmentionnées, l’ONU organise d’autres journées internationales afin de sensibiliser les gens. On note alors aujourd’hui pour les dates suivantes :

6 février : journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines.
11 février : journée de la femme et la fille dans la science.
19 juin : journée internationale de l’élimination de la violence sexuelle dans les conflits.
23 juin : journée des veuves.
11 octobre : journée internationale de la fille.
15 octobre : journée internationale des femmes rurales. 

Enfin, la situation de la femme évolue chaque jour et l’égalité entre femmes-hommes a toujours été un sujet d’actualité. On espère atteindre l’équité un jour.

Toute l’équipe de rédaction pour le journal des femmes vous souhaite une bonne lecture.

Auteur

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le hautDéfiler vers le haut